Débriefings,  F1

Grand Prix de Grande-Bretagne 2020 – de l’ennui pendant 50 tours.

Pourtant tout aurait pu être plus, avec le retrait forcé de Sergio Perez chez Racing Point, en quarantaine à cause de la COVID-19. Nico Hulkenberg le remplaçant au pied levé et démontrant du rythme vu les circonstances, ça aurait été cool de le voir en course. Mais ce ne fût pas le cas.

Un problème technique l’a privé de course et concrètement, l’intérêt de l’épreuve était redescendu assez bas. Malgré deux voitures de sécurité (consécutives à l’accrochage Albon-Magnussen et la sortie de piste impressionnante de Kvyat), ce n’est pas pour autant que la course s’est animée.

Pour autant, c’est à la suite de ces incidents que les équipes ont, à l’exception de Romain Grosjean qui a clairement perdu son pari stratégique, chaussé des pneus durs (blancs) pour aller au bout de la course. Si de telles décisions sont logiques (profiter d’un arrêt gratuit, c’est souvent payant), l’ambition des teams à été au-délà du possible cette fois-ci. Faire tenir les gommes 40 tours, c’était du suicide et certains pilotes l’ont payé cher. Lance Stroll a commencé à tout perdre dans les 10 derniers tours, puis on a assisté à des crevaisons en chaîne dans les derniers tours de course. Sainz et Bottas sont à noter, mais surtout Lewis Hamilton qui perd son pneu avant dans le dernier tour. Si Max Verstappen ne s’était pas arrêté pour chausser des pneus tendres (rouges) pour chasser et obtenir le tour le plus rapide qui donne un point boni, il est probable que le vainqueur aurait été différent, bien qu’il aurait pu connaître le même sort que ses adversaires en gommes dures. Au global, la course s’est terminée sur le fil du rasoir.

On peut aussi noter un tir groupé des moteurs Renault en dehors de Carlos Sainz, Lance Stroll qui sauve les meubles pour son équipe, mais surtout la 3e place de Charles Leclerc qui, voyant la situation difficile devant lui a tiré les marrons du feu et offre un podium à Ferrari qui ne sait plus où elle habite en ce moment. Sebastian Vettel ne démérite pas non plus avec la caisse à savon qui lui sert de bureau en ce moment. Albon qui ramène des points après une course cauchemardesque et Gasly qui en fait autant, c’est aussi à souligner.

En clair, un GP ennuyeux qui s’est réveillé à la toute fin, et quelque part, la prochaine course, toujours à Silverstone mais nommée pour les 70 ans de la F1, va peut-être offrir un peu plus d’intérêt puisque les pneumatiques seront moins résistants dimanche prochain. Pour le meilleur? C’est à espérer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *