Débriefings,  F1

Grand Prix de Styrie 2020 – Au moins, c’était différent!

On aurait pu s’attendre à un certain copier-collé du GP de la semaine dernière malgré la tenue des qualifications sous la pluie mais il n’en était rien. Une course plus conventionnelle mais avec bien moins d’abandons et c’est tant mieux!

Le mot de la course : Bagarre. Si les premières places ont été peu disputées en dehors de la bataille Bottas-Verstappen, derrière eux, ça a été fumant! Si à l’heure où sont écrites ces lignes, tout n’est pas encore figé dans le marbre, on a eu des duels très intéressants. Nous allons y venir.

La catastrophe Ferrari : On va évacuer ce sujet rapidement parce qu’il n’y a grand chose à dire. Leclerc escalade l’aileron arrière de Vettel au départ et de facto prend le blâme de lui-même mais c’est un incident de course qui mène à l’abandon des Rouges. 0 pointé qui ne fera les affaires de personne à Maranello. La presse italienne ne sera pas tendre demain matin. Est-ce qu’en 2020 Ferrari quittera le podium des Constructeurs ? Il légitime de le penser. Pour l’instant.

Mercedes et Red Bull, les deux avant-postes solides : Si Lewis Hamilton a été impérial et a fait preuve d’une excellente gestion de course, forçant l’allure quand c’est nécessaire, le duel Bottas-Verstappen nous ont fait plaisir malgré des soucis en fin de course pour le Hollandais. Alexander Albon, lui, a paru un peu plus transparent et signe une 4e place anonyme (même si tout est relatif), les deux équipes ont repris leur place sur l’échiquier de la F1 avec la manière.

Racing Point, Renault, et McLaren, quel « midfield »! : Prenons les choses dans l’ordre. Après une bataille en piste intéressante entre les Renault, Ocon tombe au combat sur problème technique, ce qui est triste pour le pilote français qui livrait une performance solide jusqu’à son abandon.

Par la suite, Si Carlos Sainz semble avoir des soucis pour finir 9e au final, le reste des gladiateurs se sont amusés. Entre la démonstration de la part de Sergio « Checo » Perez (avec des meilleurs tours en pagaille qui finissent mal pour un aileron abîmé), Lance Stroll qui apprend à la dure face à Ricciardo que dépasser n’est pas facile (l’enquête en cours changera certainement la face du classement entre Daniel et Lance) et au milieu de tout ça, dans les derniers mètres de course, Lando Norris arrache une 5e place tout en maîtrise et se retrouve 3e du championnat pilote derrière les Mercedes! Si la saison n’est que balbutiante, quel résultat magnifique pour McLaren! Le point chaud de la saison, il est là, sans aucun doute.

Les autres équipes : Si on peut noter l’excellente qualification de George Russell chez Williams, l’écurie de Grove a vite retrouvé ses habits habituels. Haas et Alfa Romeo souffrent en fond de grille et je m’interroge sur ce qui a pu se produire pour Pierre Gasly dont la Alpha Tauri me paraissait plus en forme. Danil Kvyat a été lui aussi transparent.

En résumé : Une course plus conventionnelle avec un doublé Mercedes attendu et les Red Bull en embuscade. Ferrari est brouillon, Racing Point doit encore apprendre à se battre à l’avant et globalement, en dehors des dernières boucles folles, il a fallu un Sergio Perez en feu et un milieu de peloton animé pour éviter l’ennui. Vivement la Hongrie dès la semaine prochaine!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *