Débriefings,  F1

Grand Prix de Toscane 2020 – 3 Safety Car, 2 Drapeaux Rouges et 1 vainqueur au final!

Avant de parler du reste de l’épreuve, la première chose que je voudrais dire, c’est qu’il est probable que ce GP au Mugello sera probablement le seul vu le bazar qu’il a occasionné. Maintenant parlons de ce qui s’est passé.

Le mot de la course : ACCIDENTS. C’était juste fou. Des neutralisations, des drapeaux rouges, et des pilotes qui n’ont pas semblé prendre la mesure de la dangerosité du tracé. Personnellement, j’espère que plus de circuits comme ceux-là seront utilisés pour que les pilotes réapprennent à respecter la course et à se respecter entre eux. Parce que concrètement, c’est nécessaire.

12 pilotes ont survécu : 12 sur 20! Des abandons en pagaille, Stroll qui espérait mieux, des crash de fou, avec le second départ qui a ressemblé à un strike avec l’effet accordéon. Au final seuls Mercedes et Ferrari reviennent à deux bagnoles. Et ce sont des casses ou des erreurs qui ont amené cette folie.

Mercedes et Hamilton qui gagnent : Mais Alexander Albon peut enfin profiter de son premier podium chez Red Bull. Dommage pour le tatouage Cyril et Daniel! Ferrari sauve quelques planches avec quelques points, mais rien de glorieux. George Russell aurait pu ramener un point… Dommage. Pour les autres pilotes qui ont vu l’arrivée, c’est des bons points.

Le circuit : Jamais modernisé en grand, il a laissé les pilotes apprendre. Je le redis, c’était une bonne chose. On peut toujours se dire que c’est dangereux, mais j’insiste, c’est très formateur pour les pilotes. Parfait pour 2022. Lance Stroll ne s’est pas fait mal, mais la casse a fait du dégât. Ça fait tout de même penser avec le crash de Leclerc de la semaine dernière que les voitures sont parfois trop rapides… Les crash ressemblent aux années 90. Avec bien plus de sécurité. Heureusement.

Si le GP s’est terminé avec un podium presque habituel (bravo Albon!), le fait est que le Mugello n’a rien pardonné. Et c’est ce que j’aime en course automobile donc pour moi c’est réussi même si, à non sens ce sera un One Shot pour ces mêmes raisons.

Oh et tant que je vous tiens, la signature de Sebastian Vettel chez Aston Martin en 2021 est normale et intéressante. Stroll est conservé bien plus pour son évolution cette année que pour le propriétaire de l’écurie, et le duo de pilotes donne envie. Bravo aux deux pilotes qui vont emmener une bonne équipe l’an prochain. Quant à Perez, s’il ne se doutait pas de ce qui s’en venait, c’est qu’il était ben ben innocent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *