Débriefings,  F1

Grand Prix de Turquie 2020 : Hamilton 7 fois champion du monde!

Ce GP de Turquie, qui revient au calendrier après 9 ans d’absence, c’était beau sur le papier. Mais comme nous allons le voir, à tous les points de vue, (presque) rien ne s’est passé comme prévu. Et c’était sans doute l’une des courses les plus animées dans cette saison hors norme.

Le mot de la course : Toupie. Je serais curieux de voir passer la statistique qui nous dira combien de tête-à-queue ont fait les pilotes sur tout le week-end. Entre l’asphalte juste refait et la pluie, je doute que le moindre pilote de la grille ait vécu un week-end tranquille.

Lewis Hamilton, sur le toit du monde : Il me semble l’avoir déjà dit, mais je ne fais pas partie des fans du pilote britannique. Mais en décrochant son 7e titre de champion du monde, en gagnant dans une course pas du tout à son avantage en partant sixième et en se jouant de tous les pièges, il a décroché une victoire que PERSONNE ne peut contester. En rejoignant Schumacher au nombre de titres, il est incontestablement un des plus grand pilotes de tous les temps. Dans la même cour que Vettel, Schumacher, Prost, Senna, Lauda, et quelques autres qui ont marqué la F1. Chapeau bas M. Hamilton. tout simplement.

Sergio Perez et Sebastian Vettel : L’un a sauvé le week-end de Racing Point, l’autre ramène un podium inespéré pour Ferrari, mais surtout pour lui. L’expérience et le talent ont payé pour ces deux-là et conduire sous la pluie s’apprend. Les plus jeunes l’ont compris aujourd’hui, même si le cas de Lance Stroll est particulier et on va y revenir. Les vieux ont donné la leçon aux jeunes ! Bravo à eux deux.

Lance Stroll qui a démontré qui il était sous la pluie et sur piste changeante : Alors on va clarifier un point tout de suite. Si le pilote Québécois a fini sa course très loin, c’est à 100% dû à une erreur stratégique de son équipe et ce n’est pas la première fois que le muret des stands rose s’emmêle les saucisses, Perez en a aussi fait les frais. Je ne dis pas que Lance Stroll aurait gagné la course face à son équipier ou qu’il aurait résisté à Lewis, mais sa progression était stoppée net après son arrêt aux puits. Sa position de tête va lui rester et être géniale sous la pluie, mais cette perte de places est la pire à encaisser. Il a fait de son mieux et pour preuve, il a clairement demandé à ses ingénieurs pourquoi il devait s’arrêter. Et on a pas la même autorité à 22 ans qu’à 35. Donc le pilote Racing Point a fait de l’excellent travail qui a été gâché. C’est sans appel.

Ferrari qui ramasse de gros points, McLaren aussi : Dans la lutte à finir entre les Oranges, les Jaunes et les Roses, Woking a fait de bonnes opérations. Sainz 5e et Norris 8e, ça relance les dés à 3 courses de la fin. Renault a tout perdu en début de course et le petit point de Daniel Ricciardo ne va pas leur plaire. Le midfield va espérer mieux à Bahreïn, c’est une certitude.

Red Bull et Bottas, rien ne semblait aller : Valtteri qui fait des figures toute la course, Max qui rate son départ et Alexander qui se montre toute la course pour finir à une bien anonyme 7e place. C’est dur pour ces 3 pilotes c’est sûr, mais on a eu une course ouverte, alors je leur souhaite un meilleur sort très bientôt.

Sur une épreuve où tout allait pas mal de travers entre le revêtement très jeune et des conditions en gras mouillé le dimanche après une séance de qualification trempée et une pluie juste avant la course, les nerfs des écuries et des pilotes ont été mis à rude épreuve. Le meilleur témoignage de cela c’est les sorties de piste en pagaille avant et pendant la course. La course était très intéressante et même si les titres sont joués, la saison, elle, n’est pas finie et j’ai déjà hâte au prochain GP. Et encore une fois, félicitations à Lewis Hamilton doit le talent à ébloui tout le monde aujourd’hui encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *