Écuries,  F1,  Pilotes

Je vous donne mon avis des forces en présence AVANT les essais hivernaux 2020.

Alors que les voitures de la future saison de F1 vont être présentées cette semaine, nous allons prendre le temps de mettre un peu en place l’échiquier de la F1 pour 2020. Je vais essayer d’être concis pour ne pas vous endormir, promis.

Le haut du plateau : Le TOP 6 ne devrait pas changer cette année. Mercedes, Ferrari et Red Bull-Honda vont vraisemblablement truster les premières lignes des GP à venir, sauf en cas de circonstances exceptionnelles. Lewis Hamilton est présent pour tenter de glaner un 7e titre de champion du monde et son coéquipier servira de porteur d’eau à moins qu’il montre véritablement les dents. Chez Ferrari, Sebastian Vettel devra reprendre le collier pour ne pas se faire manger par le jeune Charles Leclerc aux dents longue, qui aura fort à faire dans son duel de l’avenir face à Max Verstappen. Alexander Albon, lui, devra confirmer sa bonne forme de 2019.

Le ventre mou du peloton : Étonnamment, c’est là que les batailles risquent d’être les plus intéressantes. La bonne forme de McLaren-Renault, qui semble être en véritable reconstruction, avec des pilotes solides et qui veulent faire avancer leur équipe. Lando Norris est un jeune pilote qui envoie du lourd et Carlos Sain Jr. semble s’être enfin révélé à son réel potentiel. Renault se cherche encore, avec Daniel Ricciardo en tête de gondole et Esteban Ocon qui revient après une année sur la touche avec les dents qui rayent le parquet, ça promet des étincelles, si la voiture est capable de suivre en course. Toro Rosso mise sur la stabilité avec Danil Kvyat qui est dans une belle spirale positive tout comme Pierre Gasly qui se refait une santé et une carrière après un passage chez Red-Bull compliqué.

Le cas Racing Point BWT Mercedes : Du côté de Sergio « Checo » Perez, rien à dire, d’autant que le monsieur est solide et rapport comme un toutou les points quand il le faut. Blague à part, il est probablement le pilote le pus sous-estimé de la grille car il est souvent « Le Meilleur des Autres ». Donc pas de souci à signaler. Lance Stroll en revanche… C’est difficile. Vraiment. Comme j’ai pu l’écrire précédemment, je ne pense pas qu’il soit un mauvais pilote. Il est même plutôt bon si on considère son palmarès passé et ces départs réussis et quelques coups d’éclats en course. Mais les qualifications, ce n’est pas la même salade. C’est è croire que quand il est obligé de se battre contre le chrono, il perd ses moyens! Secoue-toi Lance, tu as déjà démontré bien mieux!

La fermeture de marche, le fond de grille : Alfa Romeo Ferrari avait montré de belles promesses en début de saison dernière avant de s’effondrer au fil du temps, Antonio Giovinazzi m’a surpris en deuxième partie de saison et Kimi Raïkkonnen est là pour se faire plaisir à piloter. Libéré de toute pression, il est là pour l’éclate. Néanmoins, on peut espérer que l’équipe va grandir encore un peu avec une volonté de monter dans la hiérarchie, même si on attend pas de miracles avec 2021 et son nouveau règlement. Et surtout avec les balances financières pour le développement qui vont avec. Haas Ferrari a repris Kevin Magnussen pour son coup de volant et Romain Grosjean pour son retour technique de 2019, surtout quand il leur a dit de revenir à la voiture de base. Après un tel fond du baril, il ne peuvent que faire mieux.

La tristesse Williams Mercedes : Voir une équipe historique dans un tel état est triste à crever. Williams, c’est l’écurie indépendante qui réussissait, c’était Williams-Renault, l’alliance magique… Mais aujourd’hui, c’est le marasme du fond de la grille, à des secondes entières des autres équipes, même si on espère secrètement toujours mieux malgré les difficultés financières qui s’accumulent. George Russell est un jeune pilote qui fait son possible et l’arrivée de Nicholas Latifi, même si on se retrouve avec deux Canadiens au départ des Grands Prix, ne promet pas grand-chose. Personnellement, je crains de voir disparaître cette écurie dans les prochaines années. Et croyez c’est très triste et j’ai une pensée pour la famille Williams qui ne doit pas toujours vivre des jours heureux.

Bien évidemment, les essais hivernaux et surtout les premiers Grand Prix de la saison redistribueront peut-être les cartes, mais en vue de l’an prochain, il est probable que la hiérarchie du début de campagne ne bougera plus tellement par la suite. Néanmoins, les surprises en sport auto sont nombreuses et j’ai hâte que les feux s’éteignent à Melbourne le mois prochain!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *