IMSA

Le drôle de destin de Bruno Spengler pour cette année.

Pour le grand public, Bruno Spengler est un pilote inconnu. De nationalité canadienne d’un père canadien et d’une mère française, il espérait commencer une 16e saison en DTM (championnat allemand de voiture de tourisme), BMW vient de faire changer drastiquement l’orientation de sa carrière pour 2020.

Après une longue carrière dans le DTM, Bruno Spengler se dirige vers l’IMSA (International Motor Sports Association) avec BMW avec pour objectif majeur les 24h de Daytona. Il déclare d’ailleurs :

 Il y a une belle course qui arrive fin janvier, les 24 heures de Daytona. C’est très motivant, j’ai déjà fait 2e là-bas. J’ai aussi fait 2e à Sebring, ça, c’est en mars, donc c’est un championnat qui démarre fort. 

Et je connais bien l’équipe RLL de Bobby Rahal et de David Letterman, précise Spengler. Il y a de bons mécanos, de bons ingénieurs. C’est avec eux que j’ai fait Daytona. Je vais retrouver des gens que j’apprécie et qui vont bien m’accueillir. (Source: Radio-Canada Sports)

Les résultats du pilote Québécois sont d’ailleurs loin d’être ridicules : 24 heures de Daytona avec BMW-RLL en 2015 (2e), en 2016 (5e) et en 2017 (8e). Il s’est aussi frotté aux 1000 miles de Sebring en 2019 (7e).

Au volant d’une BMW M8, il devra à la fois faire ses preuves dans ce championnat d’endurance, mais aussi composer avec ses équipiers puisque les courses se disputent au minimum à deux pilotes, quatre dans le cas des 24h de Daytona.

Cette éviction surprise pourrait trouver ses racines dans le paddock 2019 de F1 car Robert Kubica a fait des essais récemment avec BMW (qui lui a ouvert les portes de la F1 il y a de longues années) et il s’est dit très à l’aise au volant de la BMW M4, le modèle que conduisait en DTM Bruno Spengler. S’il ne s’agit là que de conjectures, le mouvement paraît bien trop parfait pour être ignoré, même si rien n’est confirmé pour le moment.

Pour les amateurs canadiens, Bruno Spengler sera présent à Mosport en Ontario du 3 au 5 juillet, pour disputer l’une des 12 épreuves du championnat IMSA. Entretemps, le pilote devra faire la navette entre sa maison située à Strasbourg en France et les épreuves de son calendrier de course. Mais le vétéran de 36 ans l’assure, sa condition physique impeccable lui permettra de tenir le choc.

La vie d’un sportif de haut-niveau est souvent compliquée, et cette tranche de vie montre que personne, surtout dans ce domaine ne doit rien prendre pour acquis. Pour ma part je souhaite la meilleure des chances à Bruno et que sa saison se déroule pour le mieux avec pourquoi pas une seconde saison en 2021 et surtout un très bon résultat aux 24h de Daytona dans l’écurie de Bobby Rahal et de David Letterman qui savent faire gagner leurs pilotes depuis longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *